Archives du mot-clé reseda camomille lumière initié

Gaude bless you

Il me faut préparer la visite de la cathédrale de Sées !

Cette idée est survenue comme une évidence après ma guérison du dos miraculeuse en l’église romane de Saint-Côme de Fresné le 24 mai 2019, jour de la fête de Saint Zoël avant l’heure : je ne savais même pas alors qui était Saint Côme, et pourtant il a exaucé ma requête !

Saint Côme et saint Damien, martyrs à Cyr (IIIe siècle)

Dès le Ve siècle, on trouve, en Orient et à Rome, des basiliques, des oratoires, des hôpitaux qui portent leurs noms. Ils étaient frères jumeaux, venus d’Arabie en Cilicie (province romaine du sud de l’Asie Mineure). Leur profession de médecin leur fournit l’occasion d’exercer un véritable apostolat ; car à travers les corps ils savaient voir les âmes, les toucher, les convertir. La grâce divine vint relever leur science par le don des guérisons miraculeuses : de toutes parts, on accourait à eux pour obtenir la délivrance des maux les plus invétérés et les plus incurables. Le résultat ne trompait jamais leur foi et leur confiance, et il ne se passait pas de jour sans qu’ils eussent opéré quelque cure souvent désespérée. Auprès d’eux, les aveugles recouvraient la vue, les boiteux marchaient droit, les sourds entendaient, les estropiés étaient guéris. Leur puissance s’étendait même au-delà de ce monde visible, et, à leur voix, les démons abandonnaient leurs victimes. Tout cela, ils le faisaient par pure charité, ne recevant jamais aucune rétribution. On les avait surnommés anargyres (sans argent).

côme et damien

Notre-Dame de Sées

La visite guidée en la Cathédrale de Sées est donc prévue, si Dieu le veut, à l’hiver 2020 pour quelques invités qui y seront prêts.

En effet, selon Jean-Pierre Duroy, qui porte une dévotion toute particulière à cette cathédrale :

La cathédrale de Sées est la seizième Notre-Dame sur le chemin de la Lumière. En elle, la Lumière irradie et transcende celui qui a suivi le chemin…

Sées est un aboutissement. C’est cette Cathédrale et elle seule en France qui permet à l’Homme de prendre son ultime dimension, c’est elle qui le porte vers l’Esprit et le mène vers la Lumière. C’est un ascenseur, l’ascenseur de l’Initié, c’est-à-dire celui qui a cherché et cheminé est qui arrive au terme de sa « queste ».

Il est dit également que :

La rosace nord éclaire le bras nord du transept d’une lumière particulière : la « lumière bleue ». Il faut la voir lorsque au mois de juin, où mieux encore au mois de décembre, le jour tombe. La lumière passe  alors du bleu rayonnant au bleu-argent, puis finit en bleu nuit parfois teinté juste un instant d’une pointe d’or. Dans cette rosace apparait alors toute l’alchimie symbolique de la transmutation de l’Homme par la Résurrection.

rosace nord

Afin d’appeler la lumière bleue et la lumière d’or, je me suis mis en queste des plantes qui s’allieraient à nous pour emprunter cet ascenseur de l’Initié.

Élixirs floraux alchimiques

Lors d’une visite en pépinière lundi 8 juillet, j’ai froissé tout le jour des feuilles plumeuses de Camomille et humé leur parfum de pomme, mon intuition (ou plutôt l’Esprit Universel comme le nomme P. B.) m’ayant soufflé que son élixir m’apporterait la « lumière bleue ».

Ne sachant que peu de chose sur les élixirs, c’est confiant envers l’expérience de Viviane Le Moullec que j’ai acheté son livre pour guider mes premières préparations ; livre reçu jeudi 11 juillet, et dans lequel je découvre au chapitre Camomille :

Elle vous enverra un aperçu de l’Autre Monde… les gens qui ont expérimenté la Camomille ont souvent perçu une lumière d’un bleu à la fois vif et doux comme du satin qui les a réconforté. La Camomille fait ainsi savoir que sa parure subtile est bien plus éclatante que sa discrète livrée matérielle.

Et finalement, samedi 13 juillet, c’est la « pointe d’or » que j’ai préféré appeler en premier.

J’ai donc cueilli sur la digue en rive droite de l’estuaire de la Dives quelques hampes fleuries de Gaude.

gaude planche botanique

La Gaude n’est pas connue pour ses vertus officinales, mais tinctoriales : le Reseda luteola est le réséda des teinturiers, ou herbe à jaunir (reseda du latin re/sedare, apaiser).

Dans le dictionnaire des plantes médicinales du chanoine Paul-Victor Fournier publié en 1947, une véritable bible pour tous les amateurs de soins par les plantes, il est cependant indiqué que la Gaude était regardée comme diurétique, sudorifique et vermifuge.

Mais comme notre bon Saint-Gaud qui guérit de tous les maux, mon petit doigt me dit que dame Gaude possède les mêmes vertus, une fois transformée en élixir par le Solve et Coagula spagyrique.

Gaud et Gaude viennent du latin waldus, qui signifie bois, et rappelez vous que Saint Gaud d’un coup du bois de son bâton a fait jaillir une fontaine d’un caillou, et l’a rendue minérale et dotée de moult vertus thérapeutiques !

saint gaud

Voici donc la station de ma cueillette, débutée après avoir reçu réponse favorable à mon ora de participation active à l’Esprit de la Gaude.

station gaude

J’ai également ramassé sur la digue en remblai ce caillou qui m’appelait : modeste bétyle, cette pierre noire accompagnerait l’opération du Solve. Son aspect de pierre vitrifiée rappelle l’obsidienne, connue pour son ouverture au monde céleste et la communication avec le monde parallèle.

En réalité cette pierre est un résidu de fonderie, fréquemment utilisé en remblai en Normandie et nommée ici une cline… c’est bien de commencer l’opération en étant « clean »

Explication de France Poulain, architecte qui tient un blog passionnant :

Il est possible de voir au sol des cimetières ou sur les façades de quelques maisons des pierres bleutées turquoise, aux couleurs changeantes et aux arrêtes tranchantes. Il s’agit de cline qui correspond au « laitier de fonderie », le résidu qui coule lorsque l’on ajoute du calcaire pendant la cuisson du minerai. L’apport de calcaire permettait de réaliser la fusion du minerai à une température moins élevée et d’augmenter le rendement. Le résidu très chaud coulait sous la forge et constituait une sorte de verre qui se solidifiait progressivement. Cela explique les différences dans la nature même des échantillons que l’on trouve aujourd’hui : certains sont très sombres, quasiment noir, d’autres bleu foncé, bleu azur, turquoise quasiment vert… avec des bulles dans certains cas ou des restes de sables pas encore complètement fondus. Parfois pour les morceaux de grande tailles, il est possible de voir les couches successives.

Ce résidu de vitrification est lié à l’implantation des premières fonderies de la période gallo-romaine jusqu’au 18ème siècle et les évolutions techniques de la période proto-industrielle.

cline

Après ma récolte de matière première, j’ai donc séparé les fleurs et graines de la tige florale, et mis en bocal pour une macération à l’alcool de fruit pour capter le volatil.

La phase de Calcination sera entreprise le 15 août prochain.

alcool fruit

macération

Et pour permettre cela, en parcourant dimanche 14 juillet la foire à tout au grand trot (pour revenir à temps partager l’apéro en famille), j’ai été appelé par une casserole sur laquelle j’ai posé les yeux, la vendeuse sans que je lui demande m’a dit cela fait deux  euros, j’ai répondu cela fait deux heureux…

et évidemment elle est en fonte « Le Creuset » !

le creuset 14 fonte

 

To be continued…

 

Au village de Gaud, le 16 juillet 2019, par nuit de pleine lune éclipsée