Berkana à Uppsala – épisode 6

Ce matin, retour à l’abbaye aux dames, après une visite infructueuse en préfecture pour la carte grise du solex… Autant « l’accueil » y fut des plus désagréables, (aucun renseignement possible, tout se fait par internet), autant le parvis de l’église montre que nous sommes là dans un autre monde.

parvis

J’en profitais pour faire un beau portrait du modillon de Merlin, étant cette fois équipé d’un zoom.

merlin

Mathilde était là comme la première fois, et notre discussion m’a apporté une précision que je n’avais pas voulu entendre à notre première rencontre (mais Nico m’avait rappelé à l’ordre…) : il faudra bien poursuivre au delà des Orcades et trouver le nouveau Roi vers la pierre de Mora originelle, proche d’Uppsala.

mathilde

Wiki m’inquiète en m’indiquant que la pierre n’existe plus !

À l’origine, le roi suédois avait des pouvoirs limités à ceux de chef de guerre, de juge et de prêtre du temple d’Uppsala. Le pouvoir du roi fut renforcé par l’introduction de la Chrétienté au XIe siècle et, les siècles suivant, un processus de consolidation des pouvoirs du roi eut lieu. Le roi était traditionnellement élu au sein d’une dynastie à la pierre de Mora. Le peuple pouvait l’élire ou le déposer. Les pierres ont cependant été détruite vers 1515.

Mais une lecture de Voyage en suède de Alexandre CAUMONT – 1834 me rassure :

voyage en suede daumont 1834

Bon, en 1834 il y avait encore la pierre !

Les pierres gravées ont servis à retrouver la langue des runes selon le Comte Joseph Chérade Montbron dans « Les scandinaves » en 1801 :

La plaine de Mora est une prairie où l’on trouve un amas de pierres gravées et sculptées. Cet endroit connu sous le nom de Mora Steen est à un mille d Upsal. Les rois de Suède y ont été couronnés pendant long temps et plusieurs y sont inhumés. A chaque élection on jetait une pierre qui en faisait foi. Quelques auteurs disent que cet usage est postérieur au temps d Olaiis mais le plus grand nombre dit qu’il fut établi par Freyer, l’un des premiers rois de Suède et contemporain de Jésus-Christ.

L’usage où sont les rois de Suède de porter trois couronnes sur leurs enseignes remonte aux temps les plus reculés. Ces monumens déjà décrits par les savans du Nord ont servi à retrouver l’ancienne langue runique.

Les runes, que sont-elles ?

Dans la mythologie nordique, Odin est le dieu du savoir, de la guerre et de la mort.

Selon l’Eddas, la saga poétique des dieux nordiques, l’alphabet runique était un cadeau d’Odin.

Le mot «rune» signifie «murmure» ou «sagesse secrète». Une sélection des Eddas raconte leur découverte : Odin pend pendant 9 nuits sur Yggdrasil l’arbre qui reliait les mondes de l’univers viking, blessé, sans nourriture ni eau ; pour découvrir le secret des runes, Odin se perça le flanc de son épieu ; enfin, il voit le reflet des runes dans l’eau.

Par les runes, Odin obtint le don de sagesse occulte et sera ressuscité du royaume des morts : les runes, plus qu’une écriture, sont des symboles magiques gravés dans la pierre. Le premier alphabet de Rune, le Futhark, comporte vingt-quatre caractères.

9 nuits sur l’arbre du monde… Cela me rappelle la crucifixion et Jésus-Christ qui expire à la 9eme heure.

Symbolisme du nombre 9 :

Ce chiffre 9 apparaît dans tous les mythes nordiques ; d’ailleurs une grande fête de 9 jours se tenait tous les 9 ans à Uppsala, là où chercher la trace de la pierre de Mora.

Selon Adam de Brême, le vieil Upsal était le centre du paganisme des Suédois et à cet endroit se serait trouvé un temple païen où les rois sacrifiaient aux divinités de la vieille religion d’Asar : dans la mythologie nordique, les Ases forment le groupe de dieux principaux, associés ou apparentés à Odin, et habitant la cité d’Ásgard.

Le nombre 9 symbolise la plénitude des dons, la récompense des épreuves.

Le 9 est souvent considéré comme le nombre de l’initié ; c’est aussi le nombre de celui qui accomplit la volonté divine.

Étant le dernier nombre simple, il est le nombre de finalisation ou de finition.

Je tire donc au ressenti 2 runes :

1 / Hagalaz, rune du mystère, fait appel à l’imagination et à l’irrationnel.

Symbolisme : perturbations, chaos, fin de l’illusion

hagalaz

2/ Berkana, rune de la naissance, idée de création, de nouveauté.

Symbolisme : renouveau, renaissance, nouveaux commencements.

berkana

Il y eu une nuit Hagalaz,

il y aura un jour Berkana !

Le jour du nouveau Roi

Élu sur la pierre de Mora

Il nous faudra bien voguer vers Uppsala par mer sur notre vaisseau Mora, c’est le dernier message du modillon « Sirène » qui m’a appelé :

sirene

Ses bras forment la rune Othala !

C’est la rune de l’héritage spirituel, de la tradition et du pouvoir reçu des ancêtres, marquant la fin du parcours initiatique.

Il reste à trouver le vaisseau… to be continued

N.B. 1 : Othala est la rune associée à Odin tandis que Berkana est associée à la déesse Frigg son épouse et reine.

N.B. 2 : On peut voir le Mora à la médiathèque de Dives, le livre pop-up n°1/65 y est exposé

http://www.lencrage.com/index.php?tag/popup

mora livre pop-up mediatheque dives2

Publicités