Coagula

Samedi 31 aout par coefficient de marée de 113 :

  • pour la lavation, je choisis l’eau de la source du petit Lourdes d’Hérouville, haut-lieu marialcoagula1
  • Les cendres sont mouillées de cette eau, puis l’évaporation se fait à chaleur minimum dans une casserole en verre Vision ; remarquez que le petit bouillonnement est « huileux »coagula2
  • La première évaporation laisse apparaitre des cristaux et des impuretés. La seconde évaporation forme cette image qui m’évoque un oiseau nourrissant son petit au nid coagula3coagula4
  • Le coagula de la macération et des cristaux a lieu, la goutte d’or est ici en puissance, mais laissons les mariés à leur nuit de noce… le mûrissement jusqu’à la prochaine grande marée d’équinoxe et l’élixir sera goûté !coagula5

 

  • Je reviendrai au prochain article sur le rite de l’ouverture de la bouche et sur les bras croisés

coagula 6

 

Publicités

Silence… ça tourne !

Tournages du jour :

Pendule Rémy en genêt du jardin

pendule rémy genêt

Pendule Nora en houx

pendule nora houx

Mortier et pilon, en argile de la chapelle de Saint Gaud, le pilon est tourné tête en bas

mortier et pilon

La spirale est dessinée par un grain de sable coincé sous le doigtpilon

Après séchage, ils seront tournassés au minimum puis cuits une première fois avant émaillage

A propos de Saint Gaud et de l’élixir de gaude, la façon d’ingérer la goutte d’or pour l’ultime communion m’a été enseignée en la Cathédrale de Sées (pourquoi chercher ailleurs…)

bras croisés

Et rappelez vous, les bras croisés de la statue de St Gaud !

saint gaud

 

 

 

 

Sées… parti !

13 aout 2019

1ere approche et bonne nouvelle, c’est bien une Notre-Dame, et nous y serons accueillis !
Et l’entrée en matière par les élixirs de fleurs est acceptée…

parvis cathédrale sées

Les initiés comprendront qu’en écrivant « entrée en matière » cela signifie sortie de la matière 😉

Jajanus (trifrons) veille à la porte de la cathédrale, mais d’autres aussi comme un soleil, une lune, un chat ayant attrapé une souris… Toutes figurations ayant signification.

jajanus

Et un point commun, il y a une énergie de feu qui sourd de ces sculptures, comme si la cathédrale était une centrale à quai avant de prendre la mer !

soleil

chat souris

Je ne crosse pas qu’il y ait dans la nature des fleurs à 9 pétales ?

9 pétales et crosse

Le 1er soir, nous ne rentrons pas et attendons le lendemain pour aller plus loin que le parvis

Et dans la rue principale qui garde des vestiges médiévaux, j’ai la confirmation sur cette façade que je dois continuer sur la voie de l’apot’hricaire avec pilon et mortier

apothricaire

 

14 aout 2019

Il nous faudra trouver les clés, le lieu est complice mais ne dévoile rien d’emblée

sées rurre

Il nous faudra soigner le placement pour recevoir les gouttes d’élixirs d’azur et d’or

placement

Il nous faudra rendre hommage à Notre Dame d’or et d’azur (statue en marbre du XIVe)

statue ND marbre XIVe

Il nous faudra lever le voile d’araignée et découvrir les lumières d’or-soleil et d’azur-lune de la rosace sud

soleil lune rosace sud

Et puits, et puits…

puits

 

18 aout 2019

Puisque la naissance se fait dans les choux, récolte de la pluie du matin dans une feuille de Mme chourave (professeure de botanique à Poudlard) pour la lavation à venir des cendres de gaude !

eau de chou rave

Poursuite de la confection de l’élixir de gaude par filtration de la macération, puis calcination noire des fleurs (et graines), plusieurs heures sur un réchaud

filtration

réchaud

 

24 aout 2019

La calcination blanche à 650°, avec un creuset dans un four à émaux

four creuset rouge 650°

La calcination fait apparaitre cette tête de bibendum ! (En créole réunionnais, un « baba Michelin » est un extraterrestre)

calcination bibendum

 

 

 

 

 

 

Gaude bless you

Il me faut préparer la visite de la cathédrale de Sées !

Cette idée est survenue comme une évidence après ma guérison du dos miraculeuse en l’église romane de Saint-Côme de Fresné le 24 mai 2019, jour de la fête de Saint Zoël avant l’heure : je ne savais même pas alors qui était Saint Côme, et pourtant il a exaucé ma requête !

Saint Côme et saint Damien, martyrs à Cyr (IIIe siècle)

Dès le Ve siècle, on trouve, en Orient et à Rome, des basiliques, des oratoires, des hôpitaux qui portent leurs noms. Ils étaient frères jumeaux, venus d’Arabie en Cilicie (province romaine du sud de l’Asie Mineure). Leur profession de médecin leur fournit l’occasion d’exercer un véritable apostolat ; car à travers les corps ils savaient voir les âmes, les toucher, les convertir. La grâce divine vint relever leur science par le don des guérisons miraculeuses : de toutes parts, on accourait à eux pour obtenir la délivrance des maux les plus invétérés et les plus incurables. Le résultat ne trompait jamais leur foi et leur confiance, et il ne se passait pas de jour sans qu’ils eussent opéré quelque cure souvent désespérée. Auprès d’eux, les aveugles recouvraient la vue, les boiteux marchaient droit, les sourds entendaient, les estropiés étaient guéris. Leur puissance s’étendait même au-delà de ce monde visible, et, à leur voix, les démons abandonnaient leurs victimes. Tout cela, ils le faisaient par pure charité, ne recevant jamais aucune rétribution. On les avait surnommés anargyres (sans argent).

côme et damien

Notre-Dame de Sées

La visite guidée en la Cathédrale de Sées est donc prévue, si Dieu le veut, à l’hiver 2020 pour quelques invités qui y seront prêts.

En effet, selon Jean-Pierre Duroy, qui porte une dévotion toute particulière à cette cathédrale :

La cathédrale de Sées est la seizième Notre-Dame sur le chemin de la Lumière. En elle, la Lumière irradie et transcende celui qui a suivi le chemin…

Sées est un aboutissement. C’est cette Cathédrale et elle seule en France qui permet à l’Homme de prendre son ultime dimension, c’est elle qui le porte vers l’Esprit et le mène vers la Lumière. C’est un ascenseur, l’ascenseur de l’Initié, c’est-à-dire celui qui a cherché et cheminé est qui arrive au terme de sa « queste ».

Il est dit également que :

La rosace nord éclaire le bras nord du transept d’une lumière particulière : la « lumière bleue ». Il faut la voir lorsque au mois de juin, où mieux encore au mois de décembre, le jour tombe. La lumière passe  alors du bleu rayonnant au bleu-argent, puis finit en bleu nuit parfois teinté juste un instant d’une pointe d’or. Dans cette rosace apparait alors toute l’alchimie symbolique de la transmutation de l’Homme par la Résurrection.

rosace nord

Afin d’appeler la lumière bleue et la lumière d’or, je me suis mis en queste des plantes qui s’allieraient à nous pour emprunter cet ascenseur de l’Initié.

Élixirs floraux alchimiques

Lors d’une visite en pépinière lundi 8 juillet, j’ai froissé tout le jour des feuilles plumeuses de Camomille et humé leur parfum de pomme, mon intuition (ou plutôt l’Esprit Universel comme le nomme P. B.) m’ayant soufflé que son élixir m’apporterait la « lumière bleue ».

Ne sachant que peu de chose sur les élixirs, c’est confiant envers l’expérience de Viviane Le Moullec que j’ai acheté son livre pour guider mes premières préparations ; livre reçu jeudi 11 juillet, et dans lequel je découvre au chapitre Camomille :

Elle vous enverra un aperçu de l’Autre Monde… les gens qui ont expérimenté la Camomille ont souvent perçu une lumière d’un bleu à la fois vif et doux comme du satin qui les a réconforté. La Camomille fait ainsi savoir que sa parure subtile est bien plus éclatante que sa discrète livrée matérielle.

Et finalement, samedi 13 juillet, c’est la « pointe d’or » que j’ai préféré appeler en premier.

J’ai donc cueilli sur la digue en rive droite de l’estuaire de la Dives quelques hampes fleuries de Gaude.

gaude planche botanique

La Gaude n’est pas connue pour ses vertus officinales, mais tinctoriales : le Reseda luteola est le réséda des teinturiers, ou herbe à jaunir (reseda du latin re/sedare, apaiser).

Dans le dictionnaire des plantes médicinales du chanoine Paul-Victor Fournier publié en 1947, une véritable bible pour tous les amateurs de soins par les plantes, il est cependant indiqué que la Gaude était regardée comme diurétique, sudorifique et vermifuge.

Mais comme notre bon Saint-Gaud qui guérit de tous les maux, mon petit doigt me dit que dame Gaude possède les mêmes vertus, une fois transformée en élixir par le Solve et Coagula spagyrique.

Gaud et Gaude viennent du latin waldus, qui signifie bois, et rappelez vous que Saint Gaud d’un coup du bois de son bâton a fait jaillir une fontaine d’un caillou, et l’a rendue minérale et dotée de moult vertus thérapeutiques !

saint gaud

Voici donc la station de ma cueillette, débutée après avoir reçu réponse favorable à mon ora de participation active à l’Esprit de la Gaude.

station gaude

J’ai également ramassé sur la digue en remblai ce caillou qui m’appelait : modeste bétyle, cette pierre noire accompagnerait l’opération du Solve. Son aspect de pierre vitrifiée rappelle l’obsidienne, connue pour son ouverture au monde céleste et la communication avec le monde parallèle.

En réalité cette pierre est un résidu de fonderie, fréquemment utilisé en remblai en Normandie et nommée ici une cline… c’est bien de commencer l’opération en étant « clean »

Explication de France Poulain, architecte qui tient un blog passionnant :

Il est possible de voir au sol des cimetières ou sur les façades de quelques maisons des pierres bleutées turquoise, aux couleurs changeantes et aux arrêtes tranchantes. Il s’agit de cline qui correspond au « laitier de fonderie », le résidu qui coule lorsque l’on ajoute du calcaire pendant la cuisson du minerai. L’apport de calcaire permettait de réaliser la fusion du minerai à une température moins élevée et d’augmenter le rendement. Le résidu très chaud coulait sous la forge et constituait une sorte de verre qui se solidifiait progressivement. Cela explique les différences dans la nature même des échantillons que l’on trouve aujourd’hui : certains sont très sombres, quasiment noir, d’autres bleu foncé, bleu azur, turquoise quasiment vert… avec des bulles dans certains cas ou des restes de sables pas encore complètement fondus. Parfois pour les morceaux de grande tailles, il est possible de voir les couches successives.

Ce résidu de vitrification est lié à l’implantation des premières fonderies de la période gallo-romaine jusqu’au 18ème siècle et les évolutions techniques de la période proto-industrielle.

cline

Après ma récolte de matière première, j’ai donc séparé les fleurs et graines de la tige florale, et mis en bocal pour une macération à l’alcool de fruit pour capter le volatil.

La phase de Calcination sera entreprise le 15 août prochain.

alcool fruit

macération

Et pour permettre cela, en parcourant dimanche 14 juillet la foire à tout au grand trot (pour revenir à temps partager l’apéro en famille), j’ai été appelé par une casserole sur laquelle j’ai posé les yeux, la vendeuse sans que je lui demande m’a dit cela fait deux  euros, j’ai répondu cela fait deux heureux…

et évidemment elle est en fonte « Le Creuset » !

le creuset 14 fonte

 

To be continued…

 

Au village de Gaud, le 16 juillet 2019, par nuit de pleine lune éclipsée

 

 

 

 

La verge du tropique

Vous avez entendu parler du yard mégalithique ?

Ce serait selon certains, dont Alexander Thom qui l’étudia dans les années 50-60, une unité de mesure de longueur des bâtisseurs de cromlech d’Europe occidentale.

Si cette unité de mesure est contestée, je vais quand même la passer au crible de ma coudée sacrée !

Tout d’abord, le yard anglais (la verge en français) est une unité qui vaut 3 pieds.

Un pied vaut 0,3048 m, un yard vaut donc 0,9144 m.

Mais le yard mégalithique ne vaut que 2,7207 pieds, soit 0,8293 m.

Pourquoi 2,7207 ?

Cette valeur est par exemple celle du grand côté d’un triangle rectangle, dont l’hypoténuse est Pi et le petit côté Pi/2 :

triangle rectangle 2.jpg

Ou encore, si le côté de ce triangle équilatéral vert vaut 0,5 alors la circonférence du cercle rouge vaut 2,7207 :

cercle 2.7207.jpg

Sa vraie valeur est de : Pi x √3 / 2

Quel rapport entre le yard mégalithique et ma coudée sacrée de 0,4472 m (1/√5) ?

0,8293 m / 0,4472 m = 1,854

Cela me rappelle une unité de mesure terrestre, puisque le mille marin vaut approximativement la longueur d’une minute de latitude à la surface terrestre.

800px-Nautic_mile_definition_v2_French.svg.png

Mais la Terre n’est pas une sphère parfaite car un peu aplatie aux pôles.

Avec une valeur de 1,854 km au lieu de 1,852 km, nous avons un rayon terrestre de 6375 km, ce qui nous place aux tropiques, à la latitude de 23°

rayon terre fonction latitude.jpg

Ce mille de 1,854 km, à la latitude des tropiques est plus intéressant que le mille conventionnel de 1,852 km, car aux tropiques, du fait de l’inclinaison de la terre sur son axe, nous pouvons avoir là et nulle part ailleurs sur le globe l’ombre du gnomon vertical nulle à midi au solstice d’été, quand le soleil est réellement au zénith !

Et nous aurions donc un yard mégalithique et une coudée sacrée reliés par un rapport mesurant la terre en un lieu particulier par rapport au soleil, et donc une unité de mesure antique vraisemblable.

Et alors, il faudrait chercher quelques correspondances avec les mesures de sites mégalithiques peu étudiés, comme ceux du Hoggar ou de Taïwan, situés sous le tropique…

Amis explorarpenteurs, prenez la mesure de cette proposition !

 

 

 

Rêvolution

9 années séparent ces 2 pendules, et montrent l’évolution de sa propriétaire :

à l’époque du 1er, je me souviens avoir dormi sur le balcon lors du déménagement de la tour en région parisienne…

KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA

pour le 2eme, les formes en gestation sont sorties de leur carapace.

On renait de sa conque à Concarneau !

pendule gwenola lilas